159 concours documentés 413 concours répertoriés
4 557 projets 43 122 documents

Quartier Champ-de-Mars : Carrefour des idées urbaines

par Simon D. Bergeron, publié le 2011-12-09
Deux concours, 78 propositions, un grand lieu de rencontre des idées. Une réflexion sur l’aménagement des abords du métro Champ-de-Mars en deux concours d’idées, l’un s’adressant aux professionnels et l’autre aux étudiants. Non seulement cet événement a-t-il permis de faire ressortir les variétés des regards contemporains, mais il a fait travailler parallèlement professionnels et étudiants.

La problématique de ce secteur, au carrefour du boulevard Saint-Laurent et de l’autoroute Ville-Marie, n’est pas nouvelle. Déjà, en juin 1997, l’Institut royal d’architecture du Canada avait lancé un concours international d’idées sur la manière d’occuper l’espace de croisement entre ces deux artères. Bien que ce concours ait réuni 116 concurrents, il n’a conduit à aucun réaménagement. 12 ans plus tard, la Ville de Montréal propose une réflexion encore plus ambitieuse, en appelant les concurrents à travailler sur une aire d’intervention plus importante, du futur Centre hospitalier de l’Université de Montréal au Palais de justice, le site était bordé au nord par le faubourg Saint-Laurent et au sud par le Champ-de-Mars.

Ce concours a recueilli 78 propositions différentes, 47 dans le volet professionnel et 31 dans le volet étudiant.
Le défi à réaliser pour les concurrents était d’aménager un secteur d’approximativement 75 000 m2 directement en face de l’hôtel de ville. À la rencontre entre la vieille ville et le nouveau Montréal, traversé par le boulevard Saint-Laurent, qui sépare l’ouest et l’est de la ville, les propositions devaient métamorphoser ce noyau urbain, actuellement peu exploité, en un réel pivot architectural. Le concours d’idées a non seulement apporté une grande variété de formes et de propositions, mais aussi de nombreuses visions inédites sur ce que devrait être cet espace et comment la vie devrait s’y dérouler.

En ce qui a trait au volet « professionnel », deux approches principales se dégagent à travers les propositions. Certaines équipes s’inscrivent dans le courant des formes et figures en architecture montréalaise, issu des écrits de Melvin Charney, alors que la grande majorité propose une approche d’urbanisme de paysage contemporain. À travers ces deux démarches, une variété d’approches au contexte a été utilisée par les concurrents pour développer leurs propositions. Certains ont tenu compte de la verrière de Marcelle-Ferron, cherchant à prolonger ou à commémorer l’esprit créatif du mouvement du refus global. D’autres ont plutôt cherché dans la culture urbaine globale leur source d’inspiration. Les troisièmes n’hésitèrent pas à construire une démarche singulière, spectaculaire dans la communication et l’expérience des lieux. Dans tous les cas, chacun a trouvé une manière particulière de s’approprier l’espace de liberté offert par le concours d’idées.

En ce qui concerne le volet « étudiant », les propositions ont été conçues sur un ton fort différent de celles des professionnels. Les idées manifestent une grande liberté à l’égard des contraintes posées par la réalité. La plupart des propositions tentent de stimuler l’imaginaire et en appellent à l’expérience sensible du lieu. À la place d’énoncer directe- ment ce qui devrait être construit dans l’espace aménagé, les propositions révèlent une atmosphère qui entend représenter « l’esprit » de ce lieu charnière de la ville de Montréal. Et ces atmosphères sont souvent générées à travers des processus qui s’appuient sur les grandes lignes de la trame urbaine ou de l’histoire entre la vieille et la nouvelle ville, avec de nombreuses allusions à l’œuvre de Marcelle-Ferron. Des propositions étudiantes se dégage une volonté unanime de faire de ce lieu un espace où la vie est agréable et où l’austérité caractéristique est reléguée au passé.

Avec cet événement, force est de constater que Montréal s’affirme, depuis quelques années, comme un théâtre de concours d’architecture et de projets urbains, en particulier depuis la mise en place de l’initiative Réalisons Montréal : Ville UNESCO de Design. De tous les concours organisés sous cette bannière, l’aménagement des abords du métro Champ-de-Mars a rassemblé le plus de propositions. Non contraint par des coûts ou un programme spécifique, chacun a su amener sa vision d’un projet qui ne représenta pas qu’une manière de bâtir un secteur, mais bel et bien une manière de vivre sa ville. Qui plus est, ce concours a imprégné dans l’imaginaire architectural une richesse d’idées dont l’impact ne manquera pas de se manifester dans le monde en effervescence de l’architecture et de l’urbanisme. Affaire à suivre.

AVIS IMPORTANT : Sauf indication contraire, les photographies d'édifices et de projets proviennent d'archives professionnelles ou institutionnelles. Toute reproduction ne peut être autorisée que par les architectes, concepteurs ou les responsables des bureaux, consortiums ou centres d'archives concernés. Les chercheurs de la Chaire de recherche sur les concours et les pratiques contemporaines en architecture ne peuvent être tenus responsables pour les omissions ou les inexactitudes, mais souhaitent recevoir les commentaires et informations pertinentes afin d'effectuer les modifications nécessaires lors de la prochaine mise à jour.
info@ccc.umontreal.ca
Production
Partenaires